Assemblée Générale de l’U.F.E. Liban – 24 janvier 2015

UFE - AG 2015 (31)La France face aux attaques terroristes (7 et 9 janvier 2015) Certainement que vous vous interrogez, mes chers amis, sur les attentats qui ont ensanglanté la France. Membre de la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat, je souhaiterais vous dire en quelques mots ce que traverse notre pays. Les 7, 8 et 9 janvier resteront gravés dans nos mémoires comme « les jours noirs » où quelques fanatiques ont cru pouvoir assassiner la Liberté, celle de penser, celle de s’exprimer, celle de croire, et l’État de droit.

Le 11 janvier, la France s’est « levée en masse » pour dire que les valeurs de la République étaient notre vraie richesse commune et qu’on ne ferait jamais taire la voix de la Fraternité. La France est sans doute plus forte après ces drames. Notre pays, dans son refus de l’absolu déni d’humanité, a retrouvé le souffle des grands moments de son histoire. Comme si, après de si grands malheurs, elle redécouvrait enfin sa force, ses valeurs et le chemin de son destin. Pour nous, la France a le visage de Marianne.

Au sein de notre belle et chère France, en trois jours, 17 vies ont été lâchement assassinées par la barbarie…en tuant nos compatriotes, les auteurs de cette incroyable cruauté ont touché tout notre pays au cœur. Ces 17 vies étaient le visage de la France et les symboles de tout ce que nous représentons ; la liberté, la démocratie de nos institutions, la tolérance, la laïcité. En tuant les nôtres, on a voulu abattre l’esprit de la France, sa lumière, sa liberté…mais ce dimanche…nous avons prouvé que la France était « debout ». Dans tout notre pays, la Marseillaise vibrante d’émotion, était entonnée de nombreuses fois avec des applaudissements…

Quel hommage à notre Nation ! Quel hommage à ceux qui sont tombés pour la France ! Espérons que notre hymne aura touché les familles endeuillées, souffrantes, inconsolables…que pour elles ce fut un message profond pour leur immense peine. Message de soutien, de compassion et d’amour. A Paris, dans toute la France, notre peuple s’est rassemblé en marchant des heures dans un calme recueilli, plein d’une immense émotion. Ce peuple qui est le nôtre voulait par son admirable comportement crier son attachement à la liberté, pour dire « NON » au terrorisme, à l’antisémitisme, au racisme. Notre peuple une nouvelle fois est à la hauteur de son histoire.

Nous devons tous ensemble saluer, comme l’a fait Manuel Valls dans son magnifique discours et remercier, les forces de l’ordre qui mènent au péril de leur vie un travail d’investigation, traquant les individus recherchés, en un mot, faisant tout afin de mettre hors d’état de nuire les terroristes. Nous devons aussi remercier Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, qui a travaillé nuit et jour sans relâche, pour notre sécurité, celle de nos compatriotes. Il a dû prendre des décisions graves, celles qui s’imposaient.

Trente chefs d’États étaient aux côtés de François Hollande pour marcher et rendre hommage aux victimes du terrorisme. C’était unique, une grande première historique. Tous les leaders européens étaient là unis et défendant les mêmes valeurs. Des chefs d’états des pays arabes et musulmans étaient également présents. Dorénavant, ces chefs d’état devront se concerter afin d’améliorer les législations….faute de quoi les terroristes sauraient se faufiler entre les mailles. La France a été réellement touchée de cette solidarité immédiate. Chers compatriotes…attention…ne baissons pas la garde…en France et partout dans le monde où nous sommes. La menace est là…des risques élevés demeurent…nous sommes, hélas, en guerre. C’est pourquoi, nos dirigeants ont décidé, afin de faire face à tous ces dangers, qu’il y ait partout sur notre territoire, militaires, gendarmes, policiers…en tout 10 000 personnes et plus s’il le faut. Savez-vous que plus de 122 000 personnes assurent la protection permanente de tous les points sensibles de notre pays.

Chers amis, chers compatriotes, tous ces jours ci nous avons été dans le temps du recueillement, du chagrin, d’une immense émotion…et ce n’est pas fini, car nous ne pouvons oublier. Il faut dire à ceux qui ne comprennent pas ou peu, que la France n’est pas en guerre contre une religion, contre l’islam ou contre les Musulmans… Soyons clairs, elle est en guerre contre « le terrorisme, le djihadisme et l’islamisme radical ». La France nous protégera tous là où nous sommes. Il nous faut de la détermination et beaucoup de sang-froid. Nous devons prendre des mesures exceptionnelles, techniques, législatives, budgétaires, règlementaires. La Parlement a déjà voté deux lois anti-terroristes à une très large majorité. Les 28 ministres des affaires étrangères de l’union européennes se sont réunis lundi 19 janvier à Bruxelles afin d’améliorer la lutte contre le terrorisme en Europe…c’est désormais l’ensemble du Vieux continent qui doit faire face.UFE - AG 2015 (30)

De nouvelles mesures pourraient ainsi être annoncées prochainement, sachant que la principale mesure consisterait à améliorer la coopération entre les services de renseignement, améliorer la lutte contre le trafic d’armes et améliorer les échanges d’informations avec les pays musulmans. Autre priorité, la lutte contre la propagande djihadiste sur internet et sur les réseaux sociaux. Nous nous sommes déjà saisis des questions relatives aux filières djihadistes.

Une commission d’enquête a déjà été créée sur la surveillance des filières djihadistes… Nous félicitons les services de renseignement DGSI-DGSE, qui à 5 reprises en deux ans ont permis de neutraliser des groupes terroristes. En France, en Europe, ceux qui se reconnaissent dans le djihadisme international ont fortement augmenté. Internet et les réseaux sociaux, qui sont hélas, de plus en plus utilisés pour l’embrigadement, la mise en contact et l’acquisition de techniques permettant de passer à l’acte. Les phénomènes de radicalisation sont présents sur tout le territoire, y compris en prison. Il faut nous occuper de la jeunesse délinquante qui bascule dans des processus de radicalisation et de terrorisme. Il serait trop long, et j’abuserai de votre patience, chers amis, d’énoncer tout ce qui va être fait…mais je ne peux terminer sans vous dire que malheureusement, on constate un réveil de l’antisémitisme lié à une crise de la démocratie, une crise de la République. Nous ne pouvons accepter qu’en France, qui fut il y a 70 ans une des terres de son martyre, on crie « mort aux Juifs ». Nos compatriotes musulmans sont eux aussi très inquiets. Nous devons d’urgence les protéger. Des actes intolérables se sont produits à leur encontre ces derniers jours. On ne peut accepter que l’on s’attaque à nos églises, aux mosquées et que les cimetières soient profanés. Sur le sol national, la République, la laïcité, l’égalité hommes-femmes sont compatibles. Nous devons refuser la division et choisir la solidarité entre toutes les composantes, les sensibilités de la nation. Il faut que tout le monde se prenne en main, que cette ambiance d’unité nationale inspire les rapports humains et politiques en France. Nous avons beaucoup à reconstruire, à l’école, dans le civisme et cela devrait nous entrainer à dépasser les affrontements politiciens et partisans. Chers amis, le monde entier est venu à nous, à cette France qui s’est trouvée dans l’épreuve.

Je désire vous dire que le groupe UMP du Sénat a appelé l’attention du gouvernement sur l’impérieuse nécessité qu’il y a aujourd’hui à apporter aux populations menacées, l’aide humanitaire dont elles ont besoin. Il a appelé l’Europe à financer cette aide humanitaire afin d’éviter le drame humain qui se profile pour les réfugiés syriens. Ils sont morts debout : Cabu, Wolinski, Tignous, Honoré, Bernard Maris et leurs camarades, Elsa Cayat, Michel Renaud, Mustapha Ourad, Frédéric Boisseau. Eux qui n'avaient que leur crayon, leur carton, leurs convictions, leur vie, ils ont été frappés par les balles du fanatisme qui croit qu'on peut aussi tuer les idées, la liberté. Oui, liberté, celle de penser, celle de s'exprimer, celle de dessiner, y compris quand cela nous dérange. Clarissa Jean-Philippe, policière municipale, Frank Brinsolaro, Ahmed Berabet, policiers, sont morts dans l'exercice de leurs fonctions. Ils sont morts pour l'état de droit, pour l'ordre républicain, victimes de leur devoir. Je vous demande une minute de silence Alors, chers amis, en ces temps de douleurs En ces temps de doute En ces temps de violences

En ces temps d’espérance aussi, Laissez-moi vous souhaiter une très bonne année à chacune et à chacun d’entre vous, une très bonne année aux Français du Liban, une très bonne année à la France et une très bonne année au Liban. Vive la liberté ! Vive la France ! Vive le Liban ! Chri France face aux attaques terroristes (7 et 9 janvier 2015) Certainement que vous vous interrogez, mes chers amis, sur les attentats qui ont ensanglanté la France. Membre de la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat, je souhaiterais vous dire en quelques mots ce que traverse notre pays. Les 7, 8 et 9 janvier resteront gravés dans nos mémoires comme « les jours noirs » où quelques fanatiques ont cru pouvoir assassiner la Liberté, celle de penser, celle de s’exprimer, celle de croire, et l’État de droit. Le 11 janvier, la France s’est « levée en masse » pour dire que les valeurs de la République étaient notre vraie richesse commune et qu’on ne ferait jamais taire la voix de la Fraternité. La France est sans doute plus forte après ces drames.

Notre pays, dans son refus de l’absolu déni d’humanité, a retrouvé le souffle des grands moments de son histoire. Comme si, après de si grands malheurs, elle redécouvrait enfin sa force, ses valeurs et le chemin de son destin. Pour nous, la France a le visage de Marianne. Au sein de notre belle et chère France, en trois jours, 17 vies ont été lâchement assassinées par la barbarie…en tuant nos compatriotes, les auteurs de cette incroyable cruauté ont touché tout notre pays au cœur. Ces 17 vies étaient le visage de la France et les symboles de tout ce que nous représentons ; la liberté, la démocratie de nos institutions, la tolérance, la laïcité. En tuant les nôtres, on a voulu abattre l’esprit de la France, sa lumière, sa liberté…mais ce dimanche…nous avons prouvé que la France était « debout ». Dans tout notre pays, la Marseillaise vibrante d’émotion, était entonnée de nombreuses fois avec des applaudissements… Quel hommage à notre Nation ! Quel hommage à ceux qui sont tombés pour la France ! Espérons que notre hymne aura touché les familles endeuillées, souffrantes, inconsolables…que pour elles ce fut un message profond pour leur immense peine. Message de soutien, de compassion et d’amour.

A Paris, dans toute la France, notre peuple s’est rassemblé en marchant des heures dans un calme recueilli, plein d’une immense émotion. Ce peuple qui est le nôtre voulait par son admirable comportement crier son attachement à la liberté, pour dire « NON » au terrorisme, à l’antisémitisme, au racisme. Notre peuple une nouvelle fois est à la hauteur de son histoire.

Nous devons tous ensemble saluer, comme l’a fait Manuel Valls dans son magnifique discours et remercier, les forces de l’ordre qui mènent au péril de leur vie un travail d’investigation, traquant les individus recherchés, en un mot, faisant tout afin de mettre hors d’état de nuire les terroristes. Nous devons aussi remercier Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, qui a travaillé nuit et jour sans relâche, pour notre sécurité, celle de nos compatriotes. Il a dû prendre des décisions graves, celles qui s’imposaient. Trente chefs d’États étaient aux côtés de François Hollande pour marcher et rendre hommage aux victimes du terrorisme. C’était unique, une grande première historique. Tous les leaders européens étaient là unis et défendant les mêmes valeurs. Des chefs d’états des pays arabes et musulmans étaient également présents. Dorénavant, ces chefs d’état devront se concerter afin d’améliorer les législations….faute de quoi les terroristes sauraient se faufiler entre les mailles. La France a été réellement touchée de cette solidarité immédiate. Chers compatriotes…attention…ne baissons pas la garde…en France et partout dans le monde où nous sommes. La menace est là…des risques élevés demeurent…nous sommes, hélas, en guerre. C’est pourquoi, nos dirigeants ont décidé, afin de faire face à tous ces dangers, qu’il y ait partout sur notre territoire, militaires, gendarmes, policiers…en tout 10 000 personnes et plus s’il le faut. Savez-vous que plus de 122 000 personnes assurent la protection permanente de tous les points sensibles de notre pays.

Chers amis, chers compatriotes, tous ces jours ci nous avons été dans le temps du recueillement, du chagrin, d’une immense émotion…et ce n’est pas fini, car nous ne pouvons oublier. Il faut dire à ceux qui ne comprennent pas ou peu, que la France n’est pas en guerre contre une religion, contre l’islam ou contre les Musulmans… Soyons clairs, elle est en guerre contre « le terrorisme, le djihadisme et l’islamisme radical ». La France nous protégera tous là où nous sommes. Il nous faut de la détermination et beaucoup de sang-froid. Nous devons prendre des mesures exceptionnelles, techniques, législatives, budgétaires, règlementaires. La Parlement a déjà voté deux lois anti-terroristes à une très large majorité. Les 28 ministres des affaires étrangères de l’union européennes se sont réunis lundi 19 janvier à Bruxelles afin d’améliorer la lutte contre le terrorisme en Europe…c’est désormais l’ensemble du Vieux continent qui doit faire face. De nouvelles mesures pourraient ainsi être annoncées prochainement, sachant que la principale mesure consisterait à améliorer la coopération entre les services de renseignement, améliorer la lutte contre le trafic d’armes et améliorer les échanges d’informations avec les pays musulmans. Autre priorité, la lutte contre la propagande djihadiste sur internet et sur les réseaux sociaux. Nous nous sommes déjà saisis des questions relatives aux filières djihadistes. Une commission d’enquête a déjà été créée sur la surveillance des filières djihadistes…

Nous félicitons les services de renseignement DGSI-DGSE, qui à 5 reprises en deux ans ont permis de neutraliser des groupes terroristes. En France, en Europe, ceux qui se reconnaissent dans le djihadisme international ont fortement augmenté. Internet et les réseaux sociaux, qui sont hélas, de plus en plus utilisés pour l’embrigadement, la mise en contact et l’acquisition de techniques permettant de passer à l’acte. Les phénomènes de radicalisation sont présents sur tout le territoire, y compris en prison. Il faut nous occuper de la jeunesse délinquante qui bascule dans des processus de radicalisation et de terrorisme. Il serait trop long, et j’abuserai de votre patience, chers amis, d’énoncer tout ce qui va être fait…mais je ne peux terminer sans vous dire que malheureusement, on constate un réveil de l’antisémitisme lié à une crise de la démocratie, une crise de la République. Nous ne pouvons accepter qu’en France, qui fut il y a 70 ans une des terres de son martyre, on crie « mort aux Juifs ».

Nos compatriotes musulmans sont eux aussi très inquiets. Nous devons d’urgence les protéger. Des actes intolérables se sont produits à leur encontre ces derniers jours. On ne peut accepter que l’on s’attaque à nos églises, aux mosquées et que les cimetières soient profanés. Sur le sol national, la République, la laïcité, l’égalité hommes-femmes sont compatibles. Nous devons refuser la division et choisir la solidarité entre toutes les composantes, les sensibilités de la nation. Il faut que tout le monde se prenne en main, que cette ambiance d’unité nationale inspire les rapports humains et politiques en France. Nous avons beaucoup à reconstruire, à l’école, dans le civisme et cela devrait nous entrainer à dépasser les affrontements politiciens et partisans. Chers amis, le monde entier est venu à nous, à cette France qui s’est trouvée dans l’épreuve. Je désire vous dire que le groupe UMP du Sénat a appelé l’attention du gouvernement sur l’impérieuse nécessité qu’il y a aujourd’hui à apporter aux populations menacées, l’aide humanitaire dont elles ont besoin. Il a appelé l’Europe à financer cette aide humanitaire afin d’éviter le drame humain qui se profile pour les réfugiés syriens. Ils sont morts debout : Cabu, Wolinski, Tignous, Honoré, Bernard Maris et leurs camarades, Elsa Cayat, Michel Renaud, Mustapha Ourad, Frédéric Boisseau. Eux qui n'avaient que leur crayon, leur carton, leurs convictions, leur vie, ils ont été frappés par les balles du fanatisme qui croit qu'on peut aussi tuer les idées, la liberté. Oui, liberté, celle de penser, celle de s'exprimer, celle de dessiner, y compris quand cela nous dérange. Clarissa Jean-Philippe, policière municipale, Frank Brinsolaro, Ahmed Berabet, policiers, sont morts dans l'exercice de leurs fonctions. Ils sont morts pour l'état de droit, pour l'ordre républicain, victimes de leur devoir.UFE - AG 2015 (19)

Je vous demande une minute de silence Alors, chers amis, en ces temps de douleurs En ces temps de doute En ces temps de violences En ces temps d’espérance aussi, Laissez-moi vous souhaiter une très bonne année à chacune et à chacun d’entre vous, une très bonne année aux Français du Liban, une très bonne année à la France et une très bonne année au Liban. Vive la liberté ! Vive la France ! Vive le Liban ! UFE - AG 2015 (40)