République démocratique du Congo et Congo du 26 au 30 Octobre 2010

DSCF1223A  l’invitation de nos deux Conseillers à l’Assemblée des Français de l’étranger,  Madeleine Katende et Gérard Toupy, je suis allée à Kinshasa (République Démocratique du Congo) puis à Brazzaville et à Pointe-Noire(Congo) du 26 au 30 octobre 2010.

Ø  Kinshasa (République Démocratique du Congo) (du 26 au 28 octobre 2010)

Arrivée en fin d’après-midi à Kinshasa, je suis accueillie à l’aéroport par le Premier Conseiller à l’Ambassade de France M. RIGHINI et Madeleine Katende. Celle-ci m’accompagnera durant tout mon séjour à Kinshasa puis à Brazzaville.

 Au cours du  dîner offert, le soir même, par l’Ambassadeur de France M. Pierre Jacquemot, je rencontre les Présidents des associations ADFE et U.F.E.

·         Mercredi 27 octobre 2010 

Dès le lendemain matin, après un entretien avec M. Pierre Jacquemot, Ambassadeur de France, je visite l’Ambassade de France et participe à une réunion au Consulat.

DSCF1207 Je me rends ensuite, avec Madeleine Katende, au Lycée français René Descartes (lycée conventionné) où nous sommes accueillies par Mme. Sanchez, Directrice du petit lycée (40 % des élèves inscrits sont français et 50 % des professeurs sont également français).

 Puis je rencontre les chefs d’entreprises du pays lors du déjeuner organisé par Madeleine Katende.

 Nous nous rendons ensuite au Centre Culturel français de Kinshasa. Installé depuis 1999 dans les anciens bâtiments de l’école Française René Descartes cet établissement est géré par une équipe dynamique de 23 personnes dont 21 agents locaux. Le C.C.F. abrite près de 20.000 ouvrages, revues, périodiques… Chaque année, plusieurs centaines de manifestations sont organisées dans les domaines artistiques et culturels…

La journée se termine par un cocktail offert par le Président de l’U.F.E de Kinshasa, M. Samsi Dhanani, suivi d’un dîner réunissant tous nos amis de l’U.F.E.  Kinshasa.

   Jeudi 28 octobre 2010  - Départ de Kinshasa pour Brazzaville puis Pointe-Noire

Après un petit-déjeuner pris avec Mme. Madeleine Katende et le Comité du Conseil de Gestion, nous nous rendons au «Beach Ngobila» et prenons un bateau pour Brazzaville. La traversée en bateau de ce majestueux fleuve qu’est le Congo n’aura bientôt plus lieu d’être puisqu’un protocole d’entente pour la réalisation d’un pont route/rail a été signé, l’année dernière, entre les Ministres du Plan de la République du Congo et du Congo/Brazzaville.

15 minutes de traversée et nous voilà à Brazzaville où nous attendent Mme. Françoise Jeangros, Consule de France à Brazzaville et Gérard Toupy. Madeleine Katende devant rejoindre Kinshasa, c’est avec Gérard que je continuerai mon périple au Congo.

Nous nous dirigeons vers «la Case de Gaulle», résidence de l’Ambassadeur de France où son épouse, Mme. Jean-François Valette, nous attend pour déjeuner. Sur la route  nous longeons le «Stade Félix Eboué» stade inauguré en janvier 1944 par le Général de Gaulle avant l’ouverture de la Conférence de Brazzaville.

 Parmi les invités au déjeuner :Mme. Françoise Jeangros, Consule de France, les Conseillers à l’A.F.E. Madeleine Katende, Gérard Toupy et Marlène Bach, M. Gonzague Batteux, Proviseur du Lycée, M. Piecherot, Président de l’association des parents d’élèves et M. Pierre Julien, Directeur du C.C.F. Plusieurs problèmes sont évoqués :

  Par manque de personnel au Consulat et à l'Ambassade de nombreux projets ne peuvent aboutir

o  550 visas sont délivrés par mois,

Le déjeuner à peine  terminé nous partons pour le Lycée Saint-Exupéry. Cet établissement qui comptait en 1994,  900 élèves, en compte aujourd’hui 590 (20 % de plus que l’année dernière). Le gros souci est de ne pouvoir scolariser tous les enfants qui en font la demande, notamment en maternelle. Il faut dire que les nombreux conflits internes de l'histoire récente du Congo ont bien sûr affecté le lycée français.

Quelques instants avant de reprendre l’avion à destination de Pointe-Noire, nous nous entretenons avec des français installés à Brazzaville et désireux de faire revivre une section UFE à Brazzaville.

Arrivés en fin d’après-midi, nous sommes accueillis à l’aéroport par M. Patrice Servantie, Consul Général de France à Pointe-Noire. Un dîner est organisé le soir même auxquels participent M. Patrice Servantie, M. Joël Giraud, Consul-Adjoint et les Directeurs du Lycée Charlemagne et du Centre Culturel Français.

·         Vendredi 29 octobre 2010 – Pointe-Noire, capitale économique du Congo

La journée commence par une présentation du Consulat Général et un exposé sur la communauté française.  3000 Français sont aujourd’hui installés à Pointe-Noire ou dans ses environs, 2600 sont inscrits au Consulat et 1700 figurent sur les listes électorales.

Je me rends ensuite chez M. Alexandre Honoré Paka, Préfet de Pointe-Noire pour une visite de courtoisie.

Puis, nous nous dirigeons vers le Lycée Français Charlemagne où nous attendent le Proviseur, J. Baretje et le Comité de gestion de l’établissement. Cet établissement,  dont les classes sont réparties sur deux sites, compte aujourd’hui 1004 élèves (dont 750 français) scolarisés de la petite section de maternelle à la classe de Terminale. Depuis 2010 les élèves de 4ème et de 3ème ont la possibilité de choisir une section européenne bénéficiant de 2 heures d’anglais en plus. Il y a un problème de recrutement des enseignants résidants. 6 postes de titulaires sont demandés. Il existe 4 petits logements attenants au Lycée pour les professeurs. Il est indispensable de construire 16 logements.

Lors du déjeuner offert par le Consul Général je rencontre les représentants des milieux d’affaires. Le pétrole représente l’essentiel de l’activité. Le port se développe. Le groupe Bolloré est très bien implanté.

·         Samedi 30 octobre 2010 – Pointe Noire

DSCF1336L’un des moments forts de ce séjour et certainement le plus riche en émotion est ma rencontre avec les enfants séropositifs au sein de l’Association «Avenir positif». Créée en 2007 par Christophe Kuntz (Directeur Général de Sodexho-Congo), cette association a pour objectif de venir en aide aux familles les plus démunies dont les enfants sont atteints du Sida (prise en charge des soins, distribution de kits alimentaires etc.…) et de les aider psychologiquement. Avenir Positif rassemble aujourd’hui 177 membres parmi lesquels les parents mais aussi d’autres personnes engagées, leur but étant de redonner espoir à 280 enfants séropositifs.

Un enfant m’a lu un mot très touchant au nom de ses petits camarades, exprimant toute sa reconnaissance envers « Avenir positif » et la joie de recevoir une visite « nous en sommes très comblés car cette journée marquera pour longtemps notre vie. Nous en conserverons un précieux souvenir ainsi que vos sages et affectueux conseils ».

Le bureau de la section locale de l’UFE de Pointe-Noire nous a conviés à  un déjeuner, suivi d’une visite de la ville, de la baie de Loango et son cimetière français. Malheureusement, l'érosion de la baie le démolit un peu plus à chaque tempête. La mer grignote 4 à 6 m par an.

Le port de Loango  a vu embarquer plus de 2 millions d’esclaves venus des zones qui constituent aujourd’hui le Tchad, l’Angola, le sud du Gabon et la République Démocratique du Congo et l’actuel territoire de la République du Congo.

DSCF1340Cette journée à Pointe Noire s’est achevée par la visite du Centre culturel Français en compagnie de M. Eric Girard, son Directeur.

A 22h15, l’avion a décollé à destination de Paris.